Champignons ou phages végétaux contre les bactéries ?

ReishiDe plus en plus de scientifiques réfléchissent à une alternative aux antibiothérapies chimique et la tendance serait aux études de macrophages.

Aux USA il est beaucoup question de champignons dans les traitements alternatifs naturels ou en compléments des antibiotiques, le coptis, le chaga, ou le Cordyceps pour soutenir le système immunitaire.

Les champignons ne seraient ils pas une sorte de phage végétaux ? Dans la nature, les champignons ont un rôle important, des études ont démontrés leurs rôles face à des bactéries et champignons, le docteur Donatini lui même y fait référence pour soigner la dysbiose intestinale. Les champignons inhibent la croissance des différents virus tels que EBV (mononucléose), HPV, varicelle, Herpès…mis en cause dans les problèmes d’artériosclérose, de sclérose en plaque, de Parkinson….. associés à la bactérie Chlamydia Pneumoniae.

Il est question du Ganoderma Lucidum ou Reishi et Coriolus versicolor…

Laetiporus sulphureus : Une étude démontrerait une activité anti fongique et anti bactérienne. De plus l’avantage est qu’il semble qu’un champignon en chasse un autre, idéal.

La capacité antioxydante et les activités antimicrobiennes de polypore soufré (Bull.) Murrill. les extraits obtenus avec de l’éthanol ont été étudiés.

L’étude visait à déterminer l’activité antioxydante (DPPH radicaux  libre, les systèmes d’acide linoléique β-carotène /), la teneur en composés phénoliques totaux et la concentration flavonoïde total de L. sulphureus. Les valeurs d’inhibition des deux L. L’éthanol et les standards ont augmenté parallèlement à l’élévation de la concentration dans le système d’acide linoléique. Les valeurs d’inhibition de L. sulphureus (LS) extrait, le BHA et les normes α-tocophérol se sont avérés être de 82,2%, 96,4% et 98,6%, respectivement, à une concentration de 160 pg / ml. l’activité des radicaux libres de balayage DPPH a été trouvé à présenter 14%, 26%, 55% et 86% d’inhibition, respectivement, à des concentrations de 100, 200, 400 et 800 pg / ml. Flavonoïdes totaux étaient de 14,2 ± 0,12 pg mg-1 (équivalent quercétine), tandis que les composés phénoliques étaient de 63,8 ± 0,25 pg mg-1 (pyrocatéchol équivalent) dans l’extrait. Des corrélations positives ont été trouvées entre la teneur en composés phénoliques totaux dans les extraits de champignons et de leurs activités antioxydantes. Les champignons comestibles peuvent avoir un potentiel comme antioxydants naturels.

L. sulphureus a montré une activité anti-bactérienne étroite contre les bactéries Gram-négatives et inhibe fortement la croissance des bactéries Gram-positives testées. L’extrait brut présentait une activité anticandidal élevée sur Candida albicans.

Par conséquent, les extraits peuvent être appropriés en tant qu’agents antimicrobiens et anti-oxydantes dans l’industrie alimentaire.

Source : http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0308814606000835

Si l’on veut tester les champignons autant s’adresser aux thérapeutes afin d’acheter les bons compléments les dosages, et le produit qui fera l’effet maximal.


Laisser un commentaire