Chlamydias et spondylarthrite ankylosante

²Une infection récente par Chlamydia pneumoniae est fortement associée à une spondylarthrite ankylosante active dans une cohorte chinoise.

Feng XG1, Xu XJ, YE S, Lin YY, Chen P, Zhang XJ, Lin GY, Lin XQ.

OBJECTIF :

Le but de la présente étude était d’étudier la présence d’anticorps anti-Chlamydia pneumoniae (Cp) chez les patients atteints de spondylarthrite ankylosante (AS) afin de déterminer s’il existe une association avec l’activité de la maladie de Spondyarthrite ankylosante.
MÉTHODES :

Soixante dix-neuf AS ambulatoires et 73 témoins normaux ont été inclus dans cette étude cas-témoins. Les immunoglobulines sériques anti-Cp (CpIg) ont été détectées par dosage immunoenzymatique (ELISA). Des anticorps contre le virus d’Epstein-Barr (EBV), le cytomégalovirus (CMV) et Chlamydia trachomatis (Ct) ont également été mesurés. Les données cliniques et expérimentales ont été recueillies et l’indice d’activité de la maladie de la spondylarthrite ankylosante du bain (BASDAI) a été déterminé. Les patients ayant une Chlamydia pneumonia IgM positive ou Cp IgA ont été considérés comme ayant eu une infection à Chlamydia pneumonia récente.

RÉSULTATS:

La Chlamydia pneumoniap IgG a été détectée chez la majorité des patients atteints de Spondyarthrite Ankylosante et a également été témoin (88,8% contre 91,8%, respectivement). La séroprévalence de Chlamydia pneumoniae IgA et Cp IgM était significativement plus élevée chez les patients atteints de Spondyarthrite Ankylosante que chez les témoins (51,9% vs 31,5%, p = 0,010 pour Cp IgA, 79,7% vs 20,5%, p <0,0001 pour Cp IgM). La séropositivité de Chlamydia pneumoniae IgM a été associée à l’élévation de l’indice d’activité de la maladie, y compris le taux de sédimentation érythrocytaire (ESR = p = 0,021), la protéine C réactive (CRP = p = 0,007) et le BASDAI (p = 0,009). Une Cp IgM positive persistante était associée à une maladie active, tandis que la séroréversion de la Chlamydia pneumoniae IgM était associée à une réduction de ces indices d’activité de la maladie. Il n’y avait pas de corrélation entre Chamydia Pneumoniae IgM ou Chlamydia Pneumoniae IgA et les infections respiratoires supérieures symptomatiques ou d’autres manifestations cliniques.

CONCLUSIONS:

Des infections à Chlamydia pneumoniae récentes se produisent fréquemment chez des patients atteints de Spondyarthrite Ankylosante et l’anticorps IgM Chlamydia pneumoniae est corrélé avec une maladie active. Ces résultats indiquent que les infections à Chlamydia pneumoniae peuvent être un facteur déclencheur de la Spondyarthrite Ankylosante active.

 

Diagnostic :

Souvent le dépistage est laborieux, et souvent tardif, il n’y a pas de signe extérieur au début. Aucun  signe d’inflammation classique comme la CRP élevé, ou la vitesse de sédimentation deuxième heure qui est parfois élevée mais rien d’alarmant, la ferritine peut être élevée dans certains cas. La radiographie ne montre pas grand chose du côté sacro illiaque, l’IRM non plus. Peut être du côté des disques mais on vous dira que c’est un tassement ou une dégénéressence et de la vitesse de sédimentation deuxième heure et encore pas toujours. Souvent certains découvrent leur pathologie au bout d’une dizaine d’année voir plus après avoir été catalogué de fibromyalgique ! Le HLA B27 est courant quand c’est le facteur génétique qui est impliqué, Lorsque c’est le facteur infectieux, il faut creuser la piste du chlamydia avec le HLB 35.

http://www.ammppu.org/abstract/biologie/marqueursbiologiquesenrhumatodrtouba.pdf

 

 

 

 

http://www.rhumatologie-bichat.com/marqueurs.htm

Source : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21469941

 

 


Laisser un commentaire