Pourquoi certaines personnes supportent mal un traitement ? Et si c’était une porphyria secondaire induite par le chlamydia ?

Le chlamydia induit de la porphyrie secondaire

Le traitement de l’infection par Chlamydia peut exacerber une porphyrie génétique préexistante ou provoquer plus probablement une porphyrie aiguë secondaire en rendant la Chlamydia intracellulaire plus active ou en tuant les cellules infectées qui sont déjà chargées de niveaux élevés de porphyrine. Une partie de ce qui est mal étiquetés comme une réaction « herx » au traitement, est en fait une réaction de porphyrie aiguë et pas une réaction aux endotoxines bactériennes qui est ce à quoi une vraie réaction herxheimer se réfère.

Qu’est-ce que la porphyrie secondaire?

Les porphyries sont des maladies dans lesquelles la voie hème va mal fonctionner. Elles peuvent être génétiques ou être secondaire à un autre processus de la maladie. Une partie de ce qui est si particulier et rigoureux dans l’étude du docteur Charles Stratton et de ses collègues qui ont étudié la maladie de Chlamydia est leur découverte que Chlamydia interfère avec la voie de l’hème et que de nombreux patients atteints d’infections chroniques ont au début une porphyrie secondaire. Celle ci est exacerbée sous traitement. Lorsque vous comprenez la porphyrie, cela peut vous aider à trier les  «die-off» ainsi que les symptômes chroniques que vous avez, qui peuvent être due à des sous-effets de l’hème – et/ou comment traiter celle ci.

Hème est un complexe Fe2+, la biosynthèse de l’hème se produit dans toutes les cellules humaines et un certain nombre de fonctions cellulaires critiques en dépendent. Les composés toxiques appelés porphyrinogènes sont formés dans une phase de transition de la biosynthèse de l’hème, et dans des circonstances normales elles sont rapidement transformés en hème non toxique.

Les porphyries sont le résultat de altération des porphyrinogènes durant leur formation ou leur transformation en hème. Les Chlamydiae interfèrent dans cette étape. Les porphyrines s’accumulent ensuite dans la cellule elle-même, puis dans le milieu extracellulaire. Dans la matrice mitochondriale, les étapes finales de la biosynthèse de l’hème sont stoppées. L’épuisement de l’énergie des cellules hôtes par l’infection intracellulaire à Chlamydia provoque des complications supplémentaires liées à l’énergie.

Très simplifiée, la synthèse de l’hème devrait ressembler à ceci:

Heme précurseurs >> porphrinogènes >> transformation à heme >> augmentation du transport cellulaire y compris la production d’ATP.

Au lieu de cela, le chlamydia interfère avec ce processus normal, et ceci se produit:

Hème précurseurs >> porphrinogènes >> interférence avec la transformation à heme >> accumulation de précurseurs hème instable et porphyrines à l’intérieur et à l’extérieur des cellules >> dommages aux radicaux libres et réduction de l’ATP (énergie) de synthèse.

Symptômes de la porphyrie

La porphyrie peut affecter le système nerveux ou la peau.

Lorsque la porphyrie affecte le système nerveux, elle peut causer :

Douleur de poitrine
Essoufflement
Douleur abdominale
La nausée
Crampes musculaires
La faiblesse
Hallucinations
Dépression
Anxiété
Paranoïa

Lorsque la porphyrie affecte la peau, elle peut causer:

Ampoules
Démangeaisons
Gonflement
Sensibilité au soleil (qui peut également être causée par certains antibiotiques)
Urine de couleur pourpre-rouge

Signe clinique :

Lithiase bilialire
Amaigrissement
Ferritine elevée
Vitesse sédimentation 2eme heure élevée

Ces symptômes sont  à titre indicatif certains ne peuvent ne pas avoir ce genre de symptômes mais des douleurs ou des problèmes pour supporter le traitement ou un manque de résultat peut être un indicateur non négligeable.

Le protocole de Stratton suggère de tester les porphyrines avant le traitement et d’initier des interventions nutritionnelles et autres avant le début du traitement pour Chlamydia pour aider à prévenir ou limiter la porphyrie secondaire.

Les porphyrines, y compris les porphyrines solubles dans l’eau (par exemple l’acide delta-aminolévulinique et le porphyrobilinogène) et les porphyrines liposolubles (par exemple, la coproporphyrine III et la protoporphyrine) peuvent produire des épisodes cliniques de la porphyrie. La présence de ces porphyrines chez un patient individuel avec une infection chlamydienne chronique ou systémique peut être confirmée avant et pendant le traitement par des tests de porphyrine appropriés tels que l’obtention d’urine de 24 heures et de selles de 24 heures pour les porphyrines. (De Stratton & Mitchell’s THÉRAPIE DES INFECTIONS CHLAMYDIALES CHRONIQUES COMPRENANT LEUR PORPHYRIE ASSOCIÉE ET LA DÉFICIENCE DE LA VITAMINE B12: SEPTIÈME VERSION).

Deux autres indicateurs suggestifs de la porphyrie qui ne nécessitent pas la collecte des échantillons  24 heures qui sont les plus difficiles est de mesurer la carence en B-12 à la fois directement et aussi à partir des éléments sanguins qui sont touchés par B12 tels que les taux sériques de malonate de méthyle et d’homocystine. Toutefois, le Dr Stratton note:

Les niveaux d’homocystine sont élevés avec une carence en vitamine B12 et folate, mais peuvent être réduits par le folate seul. D’autre part, les taux sériques de malonate de méthyle sont élevés en carence en B12 et ne sont pas modifiés par le folate. Meilleur indicateur de la carence en B12.

Un autre indicateur, selon le Dr Stratton, est l’hémoglobine élevée et l’hématocrite élevé.

Pour ceux qui sont déjà en traitement, avoir une idée approximative si le traitement est surcharger avec porphyrigènes Dr Stratton a noté ce « Poor Man’s Test » de la porphyrie secondaire:

Si les gens remarquent une urine sombre après avoir pris du metronidazole , demandez-leur de mettre leur urine dans un récipient en verre clair et de le placer à l’extérieur au soleil pendant plusieurs heures. Si la couleur devient plus foncée (c’est-à-dire couleur cuivre-pourpre), elle est due aux porphyrines. C’est le «test de la porphyrine du pauvre».

Parce que la porphyrie secondaire est si fréquente dans les infections à Chlamydia, le Dr Stratton recommande de la traiter avant de commencer le traitement.

Extrait de: THÉRAPIE DES INFECTIONS CHLAMYDIALES CHRONIQUES Y COMPRIS LEUR PORPHYRIE ASSOCIÉE ET DÉFICIENCE DE LA VITAMINE B12: SEPTIÈME VERSION

Charles W. Stratton, MD William M. Mitchell, MD PhD Université de Vanderbilt Faculté de médecine Nashville, Tennessee 37232

AVERTISSEMENT IMPORTANT Il existe actuellement des protocoles pour des essais cliniques appropriés pour la thérapie d’un certain nombre de formes différentes d’infections chlamydiales systémiques / chroniques qui sont préparées à Vanderbilt. Les suggestions préliminaires pour la thérapie de chlamydia qui sont contenues dans ce document ont été glanées de la thérapie précoce pour des raisons de compassion et peuvent ne pas représenter la thérapie finale. L’utilisation de ces suggestions est similaire pour la thérapie compassionnelle de patients soupçonnés d’avoir une infection chlamydiale systémique / chronique.

L’éducation des patients commence par une explication de la signification clinique des résultats des tests et la possibilité d’effets associés tels que la porphyrie et la carence en vitamine B12. D’autres tests de laboratoire peuvent être utiles pour définir l’étendue de l’infection à chlamydia et les troubles métaboliques / vitaminiques associés. On peut obtenir des analyses sanguines initiales pour les tests suivants:

1) CBC,
2) tests de la fonction hépatique,
3) acide urique, et
4) études sériques sur le fer. D’autres tests utiles incluent:
ALA déshydratase de globules rouges,
PBG deaminase de globule rouge,
Niveau de vitamine B-12,
Niveau d’homocystéine de sérum et
Niveau de méthylmalonate de sérum. Une urine et des selles de 24 heures peuvent être collectées pour les porphyrines.

Etape 2: Ensuite, le patient est placé sur le régime antiporphyrique et le traitement par la vitamine B12. Ceci est poursuivi tout au long de la thérapie antimicrobienne et est un composant important car il minimise les dommages cellulaires et facilite la réparation cellulaire.

Etape 3: Après l’initiation du régime antiporphyrique, le premier agent antimicrobien est lancé.

I. RÉGIME THÉRAPEUTIQUE POUR LA PORPHYRIE SECONDAIRE On a observé des infections chlamydiales systémiques / chroniques associées à une porphyrie secondaire. Les porphyrines, y compris les porphyrines hydrosolubles (par exemple l’acide delta-aminolévulinique et le porphyrobilinogène) et les porphyrines liposolubles (par exemple la coproporphyrine III et la protoporphyrine) peuvent produire des épisodes cliniques de porphyrie. La présence de telles porphyrines chez un patient individuel présentant une infection chlamydienne chronique ou systémique peut être confirmée avant et pendant le traitement par des tests de porphyrine appropriés tels que l’obtention d’échantillons de sécrétions de 24 heures pour les porphyrines. Il est recommandé d’instituer un schéma thérapeutique traitant la porphyrie et d’utiliser des antimicrobiens. Ce schéma thérapeutique vise à contrôler la porphyrie secondaire associée à la chlamydia qui peut être présente avant la thérapie antimicrobienne et / ou peut être déclenchée ou augmentée au cours de la thérapie antimicrobienne de l’infection par Chlamydia. Cette «réaction porphyrique» à la thérapie antimicrobienne doit être reconnue comme telle et différenciée d’une réponse immunitaire par les cytokines. Des mesures spécifiques pour la thérapie de la porphyrie, telles qu’elles sont dérivées de la littérature médicale publiée sur la porphyrie, sont employées et comprennent:

1. Diète riche en hydrates de carbone Environ 70% de l’apport calorique quotidien devrait être sous la forme de glucides complexes tels que ceux trouvés dans  la pomme de terre, le riz . Les 30% restants de calories dans les protéines et les graisses idéalement devrait être sous la forme de poisson blanc ou de poulet.
2. Ingestion de liquide oral élevé Buvez beaucoup de liquides oraux sous forme d’eau (par exemple, de l’eau bicarbonatée ou des « boissons pour sportifs » [eau contenant du glucose et des sels]). Cela aide à éliminer les porphyrines hydrosolubles. De plus, la déshydratation concentre les porphyrines et rend les patients plus symptomatiques. La couleur de l’urine doit toujours être presque claire plutôt que jaune foncé.

PS : D’après les spécialistes il ne parle pas de légumes mais à mon sens il en faut, je suis surprise pour les glucides qui ne sont pas forcement recommandées dans d’autres circonstances .

A Eviter

3. Évitez les viandes rouges Les viandes rouges, y compris le bœuf et la dinde foncée ainsi que le thon et le saumon contiennent du tryptophane et doivent être évités autant que possible.
4. Éviter les produits laitiers Les produits laitiers contiennent du lactose et de la lactoferrine, les deux doivent être évités autant que possible.
5. Glucose, saccharose et fructose Le glucose est une source importante d’énergie cellulaire: l’énergie cellulaire est réduite avec les infections à chlamydia. L’augmentation de la disponibilité du glucose fournit des conditions optimales pour que les cellules produisent de l’énergie. Cependant, le saccharose n’est pas la meilleure façon d’augmenter la disponibilité du glucose. Le saccharose est un mélange de glucose et de fructose. Le fructose est le sucre contenu dans les fruits. Puisque des taux élevés de fructose agissent comme un signal au foie pour stocker le glycogène, un excès de fructose peut temporairement réduire la disponibilité de glucose au niveau cellulaire. Le fructose doit être évité autant que possible. Au lieu de cela, on peut utiliser des « boissons pour sportifs » contenant du glucose (ainsi que des cations / anions importants). Glucose comprimés peuvent également être utilisés. 6. Évitez l’alcool. L’alcool est un aggravateur bien connu de porphyrie et devrait être évité autant que possible.

Vitamines / Antioxydants/ Supplements

7. Vitamines B complexes Le glucose est nécessaire par les cellules hôtes qui sont infectées par les chlamydiae. La disponibilité de glucose pour l’hôte est aidée par la prise de vitamines B-complexe.
La vitamine B-1 (thiamine 10 mg deux fois par jour),
la vitamine B-2 (riboflavine 10 mg deux fois par jour),
la vitamine B-5 (pantothénate 100 mg deux fois par jour) ,
La vitamine B-6 (pyridoxine 100 mg deux fois par jour ou pyridoxal-5 phosphate 25 mg deux fois par jour) et la vitamine B-12 (5000 mcg sublinguale trois à six par jour).

8. Antioxydants Les antioxydants et les agents apparentés doivent être pris deux fois par jour. Celles-ci devraient inclure des vitamines C (1 gramme deux fois par jour) et E (400 unités deux fois par jour) ainsi que L-carnitine (500 mg deux fois par jour), ubiquinone (coenzyme Q10, 30 mg deux fois par jour), biotine Mg deux fois par jour) et de l‘acide alpha-lipoïque (400 mg deux fois par jour).
Les bioflavinoïdes (également appelés proanthocyanidines dont le pygnoginol et la quercétine sont deux exemples) sont des antioxydants très efficaces.
Le sélénium (100 mcg deux fois par jour) doit être pris avec la vitamine E.
L-Glutamine (2 – 4 grammes deux fois par jour), quercetine (400 – 500 mg deux fois par jour), glucosamine (750 – 1000 mg deux ou trois fois Par jour) et du sulfate de chondroïtine (250 à 500 mg deux fois par jour).

Médicaments antiporphyriniques

Charbon activé par voie orale Le charbon activé absorbe les porphyrines liposolubles. Le traitement au charbon activé oral, lui-même non absorbable, lie ces porphyrines dans le tractus gastro-intestinal et les empêche donc de se réabsorber dans l’intestin grêle. Commencer par 2 grammes  de charbon activé pris trois fois par jour à jeun (c’est-à-dire 2 heures après et 2 heures avant un repas). Augmentez graduellement cette quantité à 4 grammes pris trois fois par jour. Beaucoup plus de charbon activé peut être pris en toute sécurité; Jusqu’à 20 grammes six fois par jour pendant neuf mois a été prise sans effets secondaires indésirables. Il est important que ce charbon de bois soit pris sur un estomac complètement vide sans aucune nourriture, vitamines ou médicaments pris dans les 2 heures avant ou 2 heures après l’ingestion de charbon de bois car le charbon peut absorber les aliments, les vitamines ou les médicaments ainsi que les porphyrines. Le charbon activé peut être obtenu

PS : j’ajouterai chlorophylle et Bicarbonate.

– Hydroxychloroquine Hydroxychloroquine (100 – 200 mg une ou deux fois par jour) est souvent utilisé pour traiter la porphyrie. Pour les patients présentant des symptômes de porphyrie, une seule dose de 100 mg d’hydroxychloroquine peut être essayée. Si cette dose d’essai soulage les symptômes, l’hydroxychloroquine peut être poursuivie. La dose d’hydroxychloroquine (Plaquenil) doit être ajustée pour chaque patient. Cela se fait par augmentation de la dose lentement, en commençant par 100 mg tous les deux jours, puis en augmentant lentement jusqu’à une dose maximale de pas plus de 200 mg deux fois par jour. La plupart des patients font bien à 100 mg une fois par jour. Les examens visuels et oculaires doivent être effectués périodiquement selon les recommandations du fabricant.

PS : Suprenant car la notice du médicaments il est indiqué : Chez les sujets atteints de porphyrie intermittente, la prise d’hydroxychloroquine peut déclencher la survenue d’une crise aiguë.

II. RÉGIME THÉRAPEUTIQUE DE LA CARENCE DE LA VITAMINE B12.

De nombreux patients atteints d’une infection chlamydiale systémique / chronique semblent avoir une carence subtile et non reconnue de vitamine B12 au niveau cellulaire. Cette carence fonctionnelle de B12 peut être documentée chez un patient individuel en obtenant à la fois un niveau de vitamine B12 (habituellement normal ou faible) et des taux sériques d’homocystéine et de méthylmalonate (l’un ou l’autre de ces métabolites sera élevé). Cette carence en vitamine B12 peut être corrigée par un traitement à forte dose de vitamine B12 comme suit:

1. Thérapie par la vitamine B12 avant la thérapie par Chlamydia Les adultes ont normalement environ 3 000 mcg de vitamine B12 dans les réserves corporelles, principalement dans le foie. La thérapie initiale de la vitamine B12 avant la thérapie de chlamydia inclut la thérapie de remplacement pour n’importe quel déficit de vitamine B12 dans ces magasins de corps. Par conséquent, au cours des premiers jours de traitement anti-porphyrine, on administre 6 000 mcg de vitamine B12 parentale (intramusculaire ou sous-cutanée). Pour chacune des 3 prochaines semaines, 6 000 mcg de vitamine B12 parentale sont administrés une fois par semaine. 2. Thérapie par la vitamine B12 pendant la thérapie par Chlamydia La thérapie antimicrobienne par Chlamydia est associée à un besoin accru de vitamine B12. Par conséquent, 6 000 mcg de vitamine B12 parentale (3 000 mcg dans chaque cuisse antérieure) sont administrés une fois par semaine pendant que le patient reçoit une thérapie antimicrobienne pour une infection chlamydiale systémique / chronique. Cela s’ajoute aux 5 000 mcg de vitamine B12 sublinguale pris trois fois par jour. 3. Thérapie par la vitamine B12 après la thérapie par Chlamydia Après la fin de la thérapie antimicrobienne de l’infection chlamydiale systémique / chronique, la vitamine B12 et les taux sériques d’homocystéine / méthylmalonate doivent être revus. Si le taux de méthylmalonate reste élevé, il suggère une carence continue en vitamine B12. La thérapie orale avec 5 000 mcg de cobalamine sublinguale trois fois par jour devrait être continuée. Après plusieurs mois, 6000 mcg de vitamine B12 parentale peuvent être administrés comme essai thérapeutique. Si l’énergie du patient n’est pas augmentée par la dose parentale, le traitement continu avec la vitamine B12 sublinguale est probablement adéquat. Des essais périodiques de la vitamine B12 parentale peuvent être utilisés pour évaluer la thérapie sublinguale.

Pendant des années, la vitamine B12 languissait comme la vitamine qui guérit l’anémie. Pratiquement aucune recherche n’a été faite sur ce que cette vitamine pourrait faire pour les personnes non anémiques. Il s’avère que cela peut faire beaucoup. De nouvelles études montrent que la bonne quantité de B12 peut protéger contre la démence, stimuler la fonction immunitaire, maintenir les nerfs, régénérer les cellules et plus encore. B12 est dans les nouvelles parce qu’il abaisse l’homocystéine et protège contre l’athérosclérose. Il est également vital pour maintenir les réactions de méthylation qui réparent l’ADN et prévenir le cancer. Un des domaines cruciaux pour B12 est le cerveau. Il n’est pas surprenant que les personnes atteintes de carence en B12 développent des troubles mentaux. La vitamine B est essentielle pour la synthèse ou l’utilisation de neuro-facteurs importants, y compris les monoamines, la mélatonine et la sérotonine.Le B12 est absolument essentiel pour la fonction et le maintien des nerfs eux-mêmes.B12 est nécessaire pour les réactions de méthylation qui maintiennent ces cellules , Et leur permettre de fonctionner.B12 contribue à la fonction cérébrale en abaissant l’homocystéine.L’homocystéine est un sous-produit toxique du métabolisme de la méthionine qui peut endommager les neurones.La homocystéine interfère avec les réactions de méthylation critiques pour la fonction cérébrale. Homocystéine ne peut pas penser.

En France pour ceux qui veulent tester si ils ont de la porphyrine ils peuvent s’adresser au centre de Porphyrie à l’hôpital Louis Mourier à Colombes qui mesureront leurs taux grâce à un échantillon d’urine, de selle et ou de sang, si vous avez des signes cliniques comme les urines couleur porto au bout de 24 h …C’est gratuit si vous allez au centre les porter mais au préalable en parler à son médecin traitant.

formulaire-metabolisme-porphyrines-2017

Source « commentée » :

http://www.cpnhelp.org/secondary_porphyria_what_


Laisser un commentaire