Chlamydia : une infection à ne pas négliger….

docteurHouseChlamydia pneumoniae une infection à ne pas négliger…

Peut être lourde en conséquence si elle persiste de manière chronique et si elle n’est pas traitée…

Chlamydia pneumoniae est une co-infection fréquente mais comme Lyme pas aussi facilement détectable.

Il semblerait que la chlamydia attrapée dans l’air et celle inoculée par une tique peu créer des symptômes différents selon le terrain de la personne….

A moins que la tique ne réveille l’infection dormante et fragilise le terrain avec la multitude de virus, bactéries et parasites qu’elle inocule en une fois….Elle fragilise la flore bactérienne forcement.

En tout cas, quiz lorsque vous développer des symptômes étranges sans pneumopathie ou infection de la sphère ORL et que l’on retrouve du chlamydia dans votre sang…?

La tique transmet cette bactérie vu qu’elles sont sensées piquer en priorité les animaux…
A moins que ce soit une des trois sortes de chlamydia qui mute…mais quoiqu’il ne soit les malaises surviennent souvent après une piqure de tique même sans érythème…

La science ne s’est pas encore penchée sur la question….Mais toutes les bactéries à chlamydias sont très proches les une des autres, et pourraient se confondre même lors d’analyses…. »Le trichomas avec le pneumoniae et autres transmises par les oiseaux »

Petit rappel :

Chlamydia pneumoniae (appelé aussi Chlamydophila pneumoniae) est l’une des trois espèces de Chlamydia qui peuvent causer une pneumonie chez l’homme. Ce sont des bactéries Gram-négatives présentent dans la nature. Non traitée, ces infections peuvent devenir chroniques. La Chlamydia trachomatis est associée à des maladies sexuellement transmissibles trachome, une maladie inflammatoire pelvienne et cervicite, mais elle peut aussi causer des symptômes aux yeux, aux oreilles, et des infections du nez mais aussi pneumonie chez les nourrissons et les jeunes enfants.

Chlamydia psittaci, une autre espèce Chlamydia pneumoniae contaminante à partir des oiseaux de compagnie (perroquets, perruches et aras) et des volailles (poulet, canards, pigeons, dindes, et les moineaux) et provoque la psittacose ou ornithose, ce qui peut provoquer une pneumonie grave .

Cliniquement, Chlamydia pneumoniae est la plus commune des trois et ordinairement l’ espèce la moins gênante. Avec Mycoplasma pneumoniae et Legionella (maladie du légionnaire), Chlamydia pneumoniae peut causer une pneumonie atypique ou soi-disant acquise communautaire.

Environ un demi à trois quarts des personnes ont eu une infection à Chlamydia pneumoniae à un moment donné dans leur vie, le plus souvent quand ils sont adolescents ou chez les jeunes adultes. Les bactéries provoquent plus d’un quart de million de cas de pneumonie chaque année.

Transmission et Microbiologie

Le plus souvent, les humains transmettent Chlamydia pneumoniae par des gouttelettes respiratoires ou par contact direct. Elle ne se transmet pas sexuellement comme Chlamydia trachomatis. Le micro-organisme est composé de deux organes: le corps élémentaire (la particule infectieuse) et le corps réticulaire, ce qui permet de nouvelles copies de lui-même (essais répétitifs) dans les cellules. Le corps élémentaire a une affinité particulière pour les cellules qui tapissent l’intérieur des vaisseaux voies, le cœur et le sang des voies respiratoires. Une fois que le corps élémentaire pénètre dans une cellule, il devient un corps réticulé et il doit exister au sein de la cellule comme un parasite. La bactérie a plusieurs facteurs de protection qui empêchent la cellule hôte de le tuer. Le système immunitaire ne la reconnaît et répond à la bactérie, mais les anticorps qu’il produit n’empêche pas ré-infection ultérieure.

Symptômes

Dans les voies respiratoires, Chlamydia pneumoniae provoque la pneumonie atypique, y compris une toux non productive, mais persistante, des maux de tête, et généralement une sensation de malaise. Elle peut aussi causer des infections telles que la bronchite, la laryngite, la pharyngite, la rhinite et la sinusite. Beaucoup de gens qui l’ont ne ressentent aucun symptôme ou seulement des symptômes bénins elle peut passer inaperçue. Si la fièvre est présente, elle se produit généralement au début de l’infection. Contrairement à la plupart des autres agents pathogènes provoquant la pneumonie, Chlamydia pneumoniae peut provoquer une sinusite assez sévère.
Elle peut être asymptomatique et il semble de toute évidence que la tique puisse la transmettre auquel cas il n’y aura pas de symptôme de pneumopathie puisque la bactérie arrive par le sang et non par les voies respiratoires. Les dégâts peuvent se traduire par des douleurs et symptômes plus pernicieux, douleurs musculaires, sacro-illiaque, maux bas du dos, sensation de vertige, bleu spontané, maux de tête…

Diagnostic

Le plus souvent, un test sanguin est effectué pour mesurer IgM et IgG, IgA (Aigu ou chronique) des titres pour Chlamydia pneumoniae. Mais les résultats peuvent ne pas être fiables selon le mode de détection qu’utilise le laboratoire si l’infection est nouvelle puisque la réponse d’anticorps peut prendre jusqu’à 6 semaines pour apparaître dans le corps et la réponse  jusqu’à 8 semaines. Le test Elisa par immunofluorescence semble assez fiable ou une PCR  la technique de diagnostic est polymerase chain reaction (PCR) culture de cellules de prélèvement de salive. Chez Biomnis , il faut savoir qu’ils ne font pas de recherche IGA, (un peu léger pour un grand labo), chez Cerba la méthode utilisée ne serait pas fiable non plus. Toutefois, peu de médecins proposent ce test, car peu en France maitrise le sujet sous la forme chronique malheureusement.

Sur les tests de cellules sanguines standard, le nombre de globules blancs ne sont pas forcement élevés dans les infections à Chlamydia, contrairement à la plupart des autres infections, certains ne feront pas de fièvre. Cependant, les niveaux de phosphate alcalins pourraient être plus élevés que la normale selon le profil de la personne.

Traitement

Le diagnostic de Chlamydia pneumoniae peut être équivoque, le traitement peut être commencé lorsque l’infection est suspectée mais non confirmée (ce qu’on appelle un traitement empirique ou d’un traitement par des symptômes cliniques).

Comme pour Lyme…Les patients recevront généralement des antibiotiques Doxycycline, la tétracycline, l’érythromycine, l’azithromycine, clarithromycine ou la télithromycine un nouveau médicament.

A l’hôpital, les patients peuvent recevoir de la doxycycline par voie intraveineuse ou rocephine. Si l’infection est chronique un long traitement antibiotique pulsé serait nécessaire…
Lorsque le diagnostic se pose, ou qu’une pneumonie atypique est suspectée, le Mycoplasma pneumoniae peut être en cause la tétracycline traite les deux.

Complications

Forme chronique ou persistance, selon le mode de contamination…par le sang dans le cadre de la tique….Des études récentes ont montré que Chlamydia pneumoniae peut également causer un certain nombre de problèmes à l’extérieur des voies respiratoires. Par exemple, le micro-organisme peut infecter les cellules du système cardio-vasculaire et de contribuer à la formation de plaques dans les vaisseaux sanguins (athérosclérose). Autres complications de l’infection à C. pneumoniae incluent: asthme, problème ORL, sinusite, maux de gorge, douleur musculaire, infection des parois intérieures et les valves du cœur (endocardite), arthrite, faiblesse neurologique (syndrome de Guillain-Barré), l’inflammation du cerveau (encéphalite), maladie de la peau (érythème nodosu), spondyarthrite ankylosante, MS…Chlamydia pneumoniae selon les zones atteintes, peut également jouer un rôle dans la maladie d’Alzheimer, le syndrome de fatigue chronique, la dégénérescence maculaire, la sclérose en plaques, et la sarcoïdose, bien cela semblerait encore discutable et que la cause formelle n’est pas avéré, car cela peut être aussi causé par un cocktail microbien….entre autres selon si la bactérie est couplée avec certains virus  « comme l’herpes HPV, HBV (virus de la mononucléose)…. »

Conclusion

Il existe des preuves scientifiques, qui prend au sérieux le rôle de la bactérie dans le développement de certaines pathologies plus ou moins ennuyeuses sur le long terme…Elle est présente dans plein de pathologies graves….Arthrite, sclérose en plaque, athériosclérose…., Ce phénomène de convergence devrait alerter ou du moins interpeller….Cette bactérie non traitée peut être lourde en conséquence sur le plan de la santé, ensuite cela doit être selon le mode de contamination, voix aérienne ou sanguine, la tique réveille t’elle la bactérie lorsqu’elle inocule le cocktail de virus, bactérie, et parasite, il est certain que la tique est une arme bactériologique qui s’ignore, un acarien programmé pour perturber les sujets aux terrains sensibles car il faut noter que des personnes en bonne condition physique ne pourront rien développer. Pourquoi existe il un vaccin pour les animaux et pas pour l’homme ?

Il est important de noter que les infections mixtes (comportant plus d’un micro-organisme à un moment) se produisent souvent chez les personnes atteintes de Chlamydia pneumoniae. Cela est particulièrement vrai pour les patients qui développent Lyme, dont beaucoup de co-infections. Certains dépisteront le chlamydia pneumoniae et pas Lyme officiellement.

Si vous avez Lyme et éprouvez des symptômes proches, que vous vous êtes fait piqués par une tique avec ou sans erythème, vous pouvez demander à votre médecin de faire le test du Chlamydia (et Mycoplasma pneumoniae aussi) via PCR ou test Elisa par immunofluorescence demandé au laboratoire au préalable car sinon cela ne sert à rien vous ne serez pas dépisté…Alors attention (c’est un scandale car c’est de l’argent jeté par la fenêtre ou pas la peine de creuser le déficite de la sécurité sociale) …Dommage car certaines lourdes maladies pourraient être éviter avec un traitement approprié donné à temps….Surtout lorsque l’on sait que la tique transmet une foule de microbes, bactéries, virus, parasites…Il est scandaleux que des médecins ne soient pas au courant de tout cela (exemple courant) pour certains, lyme est une maladie rare …et le chlamydia inoffensif…Alors que partout dans le monde des études ont été faites qui ne vont pas dans ce sens…Les publications sont en anglais, peut être la cause de la désinformation qui ne passe pas les frontières de l’hexagone.

Les médecins ne sont pas formés aux maladies émergentes. Ils ne sont formés que par les laboratoires et cela n’est pas admissible car il y a conflit d’intérêt, comme pour les vétérinaires qui soignent et vendent les médicaments…A côté de cela la médecine vétérinaire a de l’avance dans le domaine de lyme par rapport à la médecine classique. Dans ce domaine les vétérinaires dépistes mieux que les médecins sembleraient ils …Cela prouve que ce n’est pas une question de recherche mais une volonté de ne pas se pencher sur la question alors que ces bactéries font des ravages chez certaines personnes, aux terrains fragilisés.

Vous pensez avoir le chlamydia pneumoniae : questions, infos, témoignages, si vous souhaitez la mise en place d’un forum espace d’échange… Contactez nous