Chlamydia Pneumoniae

Chlamydia pneumoniae est une bactérie intracellulaire

Chlamydia une infection à ne pas négliger car elle est mise en cause dans pas mal de maladie et pourrait être à l’origine de beaucoup de pathologies, comme une certaine forme de sclérose en plaque, de douleurs diverses inexpliquée appelée  fibromyalgie, la poly arthrite…et autres joyeusetés !

Ce site se veut informatif et issu de mes recherches, il ne fait qu’en grande partie retranscrire les informations glanées et traduites concernant cette bactérie le « Chlamydia Pneumoniae »

C’est aussi un état de l’art sur la situation et l’avancement des recherches à travers le monde …Les traitements classiques et alternatifs. L’objectif est d’aider ceux qui auraient les mêmes troubles et qui sont en recherche d’informations.

La connaissance est la clé donc ne trouvant pas de réponse pertinente au prime abord en Français ou auprès de médecin….Et face au désert d’information à ce sujet, il faut aller voir à l’étranger car il n’y a pas de publication scientifique médical en Français !

On ne l’a dépiste pas facilement car très peu de labo on le bon test Elisa par immunofluorescence indirect …Pour obtenir une adresse n’hésitez pas à écrire.

Je tiens à partager ces informations, si vous avez envie de partager vos expériences n’hésitez pas  vos interventions sont les bienvenues écrivez moi si vous souhaitez publier vos bonnes trouvailles.

Les Chlamydias Pneumoniae sont « des germes » ou bactéries couramment rencontrées, et facilement transmissibles par les voies respiratoires rhinopharyngée.

C’est aussi une co-infection Lyme, transmise par la tique….Lorsqu’il y a douleurs et bleus spontanés, il faut se poser la question.

Beaucoup de personnes rencontreront ce germe au court de leurs vies. Mais c’est seulement selon notre état, stress, choc que l’infection se développera ou pas. Certaines personnes ne s’apercevront même pas qu’elles ont été en contact avec le germe et d’autres devront développeront une infection plus ou moins chronique. Si notre système immunitaire est fort tout se passe généralement bien si il l’ai moins il faudra lui donner un coup de pouce et tout faire pour le renforcer.

Mais elle peut aussi rester en sommeil, et réapparaitre lors d’ un affaiblissement général de l’organisme, un stress psychique intense un peu comme un virus.

Chlamydia Pneumoniae est une bactérie intracellulaire parasitaires à un moment elle a été comparé à un virus, elle se réplique comme tel. Ses principaux effets sont: l’inflammation, pneumonie, à terme si chronique, cela peut créer des dégénérescences et faire des scléroses.
Pneumonie Chlamydia est une bactérie à Gram négatif intracellulaire qui est reconnu comme provoquant des maladies respiratoires. Les bactéries se composent d’un corps élémentaire, qui est la particule infectieuse, et le corps réticulaire qui le rend capable de se répliquer dans les cellules et peut également se protéger un peu comme la Borrelia.

Cette bactérie ne crée pas sa propre énergie, de sorte qu’il doit voler l’énergie à partir d’autres cellules humaines, elle oxyde les cellules. L’un des endroits préférés de la chlamydia c’est les cellules qui tapissent les vaisseaux sanguins. Quand votre corps a de l’inflammation, votre corps tente de se guérir en créant de nouveaux vaisseaux sanguins. Au fil du temps, il peut infecter d’autres tissus dans votre corps comme vos nerfs, les muscles, le cœur et votre cerveau. Avec une infection chronique à long terme, les bactéries peuvent causer un trouble immunosuppresseur et vous rendre beaucoup plus susceptibles de développer d’autres infections et réactiver des virus comme L’EBV et HHV-6.

Il existe trois grandes formes de chlamydia. Cette forme particulière de chlamydia est la plus fréquente Pneumoniae, qui provoque des symptômes respiratoires (mais pas toujours) selon le

mode de contamination. et ce n’ est pas une maladie sexuellement transmissible, comme le chlamydia trachomatis .

Cette autre chlamydia Trichomatis est généralement la cause de stérilité, elle provoque des dégâts dans les parties pelvienne, elle bouche les trompes provoque des GUE Grossesse extra utérine, contrairement à ce que l’on pourrait croire elle est assez mal soignée car les gynécologues pour la plupart déplore une revérification de l’éradication de la bactérie après un traitement pas suffisamment long de la bactérie (azithromicine monodose est généralement prescrit). Si vous avez du mal à faire un bébé faites vérifiez que vous n’avez pas la bactérie par prélèvement dans un laboratoire spécialisé et par PCR surtout si vous avez eu une GUE ou une trompe bouchée.

La troisième, la chlamydia psittaci, est causée par le contact avec les oiseaux, et peut causer une maladie grave.

Beaucoup de personnes contracte cette bactérie au cours du temps car Chlamydia pneumoniae se transmet par des gouttelettes respiratoires ou la prise de contact direct. Les chercheurs commencent à étudier le lien entre les tiques et cette bactérie, et certaines conclusions sont que la chlamydia pneumoniae peut également être transmise par les tiques, voir d’autres insectes piqueurs.

Chlamydia pneumoniae est surtout connu comme causant des maladies respiratoires, ainsi que « la marche pneumonie » classique. Certaines personnes ayant un système immunitaire sain sont en mesure de combattre les bactéries complètement, ne montrant aucun symptôme.

Chlamydia : une infection à ne pas négliger….

Quels sont les symptômes chlamydia pneumoniae ? Si le symptôme ne sont pas respiratoire, « fatigue, vertige, bleu spontané, douleurs…. » on peut se poser la question d’une transmission par des tiques surtout lorsque des symptômes de malaise arrivent suite à une piqure de tique. Elle fait partie des co-infections lyme souvent peu détectées et négligées. Cela étant le protocole antibiotique est le même.

Comment la bactérie Chlamydia pneumoniae est diagnostiquée ? Test sanguin Elisa par immunofluorescence ou PCR . . En France 1 labo sur 3 détecte le Chlamydia pneumoniae  (Tests effectués) Si vous soupçonnez cette bactérie refaite des tests ailleurs exigés une PCR. Le seul à Paris est un laboratoire dans le 16e spécialisé dans les intolérances alimentaires les tests sont infaillibles il est le spécialiste. Eviter tous les labos qui ne mesurent pas les IGA  signe d’une infection chronique (tel que Biomnis). Un des plus gros en France ne les mesure pas et d’ailleurs les deux plus gros ne trouvent pas la bactérie ! (Cerba et Barbier non plus ne la détecte pas et oui !)

Quels sont les traitements de la pneumonie Chlamydia? En médecine allopathique le même que pour la borreliose. Certains des traitements communs comprennent les tétracyclines, la rifampicine, l’azithromycine, Flagyl. Certains traitements naturels qui sont utilisés comprennent , allicine, NAC, champignons comme le chaga, reishi…, samento, banderole, astragale, huile essentielle, huile pépin de pamplemousse, argent colloïdal ainsi que du maintien en place avec une bonne alimentation sans lait et sans gluten, et des vitamines. Bien dormir pour que votre corps récupère.

La plupart du temps, les traitements ne sont pas donnés sur une période de temps suffisamment longue, la bactérie peut se cacher sous( des biofilms favoriser par du stéarate de magnésium), et dans nos cellules puisqu’elle est intracellulaire à gram négatif, de ce fait, elle peut devenir facilement persistante (un peu comme Lyme).

Mais à travers les recherches plus poussées on découvre qu’il peut y avoir un lien entre cette bactérie et des maladies beaucoup plus graves comme : La sclérose en plaques, la fatigue chronique, la maladie cardiaque, la cystite interstitielle, la prostatite, une maladie inflammatoire de l’intestin, la maladie, l’asthme, l’arthrite, SPA spondylarthrite ankylosante, la fibromyalgie, la sinusite chronique réfractaire, la dégénérescence maculaire, et d’autres d’Alzheimer. (Il n’y a qu’en France ou on ne trouve pas cette information)

Bien que chaque personne soit différente, il ne faut pas prendre à la lettre ce que vous lirez c’est à vous et votre bon sens qu’il faut faire appel, cet endroit n’est qu’un recueil d’information. La pathologie est souvent plus complexe c’est une question de terrain individuel, de capacité d’élimination, et autres cocktails de virus ou bactéries qui va faire que l’on développe une pathologie plus qu’une autre ainsi que les prédispositions génétiques.

Chez certaines personnes cette bactérie s’auto éradiquera et chez d’autres si le terrain est favorable elle s’installera plus ou moins, on revient toujours à la question de terrain.

Il est donc important de lui consacrer un espace afin d’informer comme il se doit.

Vous trouverez les protocoles existant surtout en Allemagne et aux USA, là ou cette pathologie est la plus connue et soignée, ou des recherches on été effectuées pour lutter contre cette bactérie ou germe intracellulaire qu’est le Chlamydia Pneumoniae.

C’est votre médecin qui établira le diagnostic et lui seul jugera utile de faire le traitement qui correspond à vos problèmes de santé, et vous même, en toute connaissance de cause car vous êtes aussi acteur de votre santé.

Vous êtes libre de consulter pour un autre avis.

Car souvent les personnes atteintes (du chlamydia avec Lyme), désespérées face au peu de médecin en France formés, ils vont donc aux USA ou en Allemagne. Ces pays semblent offrir plus de thérapies alternatives.
Cela ne fait que démontrer que nous ne sommes pas dans un système de santé qui ne tourne pas rond.
 
Le Chlamydia Pneumoniae fait partie des infections que l’on dit froide….Au prime abord on pourrait penser que cela provoque des pneumopathies. Et bien non pas seulement ou pas forcement. Seule, elle aurait tendance à provoquer des symptômes respiratoires si toutefois elle a été attrapée par  voie aérienne …Mais elle peut s’avérer bien plus complexe à terme et provoquer de l’arthrite et/ou d’autres symptômes chronique plus pénible comme la SEP, ou de l’athériosclérose, lorsqu’elle est accompagnée d’autres virus comme l’HBV, des bactéries, parasites ou champignons. (ce qui arrive fréquemment lorsque l’on est piqué par une tique)
Car comme le dit un médecin bien connu, c’est le terrain qui fait tout, (et c’est notre cocktail de bactéries, virus, champignons) qui crée la pathologie…
En France, peu infos, exceptions faites par deux spécialistes du groupe Chronimed, voilà ce qui ressort lorsque l’on fait des recherches « (C. pneumoniae est probablement un des principaux agents responsables de pneumopathie atypique communautaire le plus souvent bénigne. L’évolution souvent chronique de l’infection à Chlamydia, soulève la question de la persistance du micro-organisme. « )

Aux USA, le lien est clairement fait entre les tiques et cette bactérie, les tiques ne véhiculent pas que la borréliose mais peuvent aussi transmettre des mycoplasmes, la Bartonellose, Babesia, La fièvre Q, ou coxiellose entre autres chlamydia pneumoniae, mycoplasmes, parasites, virus…. voir Co-infections Lyme .

 En France peut de monde en parle, ou de façon très marginale, très peu de médecins ne sont pas sensibilisés aux maladies émergentes les laboratoires non plus, la détection n’est pas si évidente et que quelques laboratoires spécialisés détectent la bactérie…Aux Etats Unis et en Allemagne sévit sévèrement, ils en parlent, et il y a des sites dédiés pour aider les gens, ce qui manquait en France concernant le chlamydia pneumoniae et ce que l’on va essayer de compenser à travers cet espace virtuel.

Face au manque d’informations dans notre pays , il est difficile d’identifier ce genre de pathologie. Ou les médecins n’y penseront pas au prime abord. De plus, les tests de Lyme sont limités et ils en ressort des faux négatifs et les médecins ne pensent pas tous à rechercher les co-infections qui sont parfois plus virulentes.

Concernant le Chlamydia pneumoniae, le système immunitaire ne le reconnait pas comme intru, puisque celui ci se pose en hôte dans la cellule. Chlamydia Pneumoniae, se nourrit de l’énergie produite par la cellule, il n’a pas besoin de créer sa propre énergie, et cela va provoquer des sécrétions cytokines inflammatoires dans le corps. Et lorsque l’on veut supprimer l’intru il relâche des toxines dans le corps de l’hôte. On comprendra que le traitement pourra être long et délicat car à terme il épuise le système immunitaire de son hôte. Une véritable arme « bactériologique » ! Il faut faire des breaks et armer son corps d’anti oxydants et anti inflammatoire naturels pour le soutenir, prendre des probiotiques.

En conclusion, la base semble être que notre système immunitaire est déficient, l’hygiène de vie c’est notre mode de vie que nous devons revoir afin de préserver notre environnement « air, eau, alimentation, stress, énergétique ». Un terrain à revoir.