Phytothérapies

Les plantes, ont toujours été notre pharmacopée depuis des siècles. Les médicaments sont des copies chimiques de l’effet de ces plantes. Il n’y a qu’à voir l’aspirine, et le saule blanc ou la reine des prés.

Différentes plantes peuvent accompagner les personnes ou remplacer des médicaments qui ne sont pas supportés.

Dr Belaiche, grand spécialiste de l’aromathérapie nous fait remarquer que la relation entre les microbes et les plantes est permanent dans la nature. La résistance n’a jamais eu lieu contrairement aux antibiotiques chimiques.

La grande complexité des molécules vivantes des huiles essentielles rend extrêmement difficile aux microbes de développer une résistance.

Les huiles essentielles étaient déjà utilisées dans l’Ancienne Égypte et en Chine, il y a des milliers d’années. L’huile essentielle est le plus souvent obtenue par la distillation à la vapeur d’eau de tout ou partie de la plante ou de l’arbre, réputé aromatique.

Bien que, dans cet article, je veux parler d ‘antibiotiques à base de plantes », ce terme n’est pas le plus approprié. En raison de leur nature très complexe. Les herbes médicinales ne travaillent  presque jamais dans un seul sens (par exemple en détruisant les bactéries), mais elles travaillent plutôt pour nettoyer le sang, et renforcer le système immunitaire, tonifier les muqueuses et d’améliorer le fonctionnement du système immunitaire. Il est important d’utiliser les herbes correctes pour différentes infections et différentes parties du corps, car tous les antibiotiques à base de plantes vont travailler pour toutes les maladies.

Par antibiotiques à base de plantes cela signifie plante pouvant qui  peuvent être prises à la place des antibiotiques. Dans les paroles du grand herboriste américain Matthew Wood: « (Le Earthwise Herbal – plantes médicinales, pp194-195). Par conséquent, il est important de ne pas chercher simplement à tuer les bactéries en utilisant des plantes «antibiotique», mais plutôt de traiter les déséquilibres de l’ensemble du corps. (On retrouve encore la notion de terrain)

Quelles sont ces herbes?

Parce que les herbes ont non seulement les grandes actions anti-microbiens, mais aussi travailler pour tonifier et nettoyer certains organes ou systèmes, les infections dans les différentes parties du corps seront mieux traités par différentes herbes. Les herbes ci-dessous ne sont pas une liste exhaustive des herbes qui pourraient travailler à la place des antibiotiques. Pour plus d’instructions sur les dosages et les diagnostics spécifiques, nous vous recommandons fortement de consulter votre herboriste ou naturopathe (ou se référer à la liste de lecture ci-dessous).

Aloe Vera – Pour traiter et prévenir l’infection des plaies externes, en particulier les brûlures; efficace contre Staphylococcus aureus (staphylocoque doré / ulcères tropicaux). Appliquer le gel frais à partir des feuilles directement sur les plaies.

Echinacea – Une herbe très connue qui renforce le système immunitaire, la teinture d’échinacée appliqué directement et fréquemment à l’arrière de la gorge est plus efficace en cas d’infections de la gorge, surtout causées par Streptococcus spp. Des recherches ont également été faites en ce sens.

Ail – L’ail est « l’herbe la plus puissante pour le traitement de la maladie résistante aux antibiotiques » (Stephen Buhner). Le jus d’ail stimule également le système immunitaire et abaisse la pression artérielle, c’est le meilleur pour les infections des poumons et pour le système digestif.

Hydraste – Une herbe anti-microbienne extrêmement puissant qui doit être utilisé avec prudence chez les personnes qui sont minces et sec. Utile pour de nombreuses infections, y compris la diarrhée, la pneumonie, la giardiase, la vaginose, la salmonelle. Voie d’extinction en raison de la surexploitation dans la nature donc préférable d’utiliser uniquement lorsque rien d’autre suffira.

Huile de pépin de pamplemousse – A partir de pépins de pamplemousse, cet extrait est la plus semblable à l’action aux antibiotiques médicaux.

Propolis – fabriqué par les abeilles à partir de diverses résines d’arbres médicinaux, la propolis est une centrale d’alcaloïdes antibactériens. Il est l’une des substances naturelles les plus efficaces pour l’application directe sur les plaies, et à usage local, dans la gorge, il peut arrêter le développement des rhumes et l’amygdalite.

Sauge – Idéal pour les infections des voies respiratoires supérieures (nez, la gorge, les sinus) et la dysenterie.

Usnea – Un lichen à croissance lente mais prolifique de la famille des Parmeliaceae. Ce sont les usnées. Plusieurs espèces sont appelées « barbe de Jupiter qui est particulièrement efficace pour les infections de la gorge, la pneumonie et le staphylocoque, ainsi que pour les infections fongiques. Également un stimulant immunitaire.

Chlamydia pneumoniae : Usnéa, andrographis, cat’s claw, berberine, goldenseal, ail, Réglisse, Artemisia annua (Interdit en France*…mais autorisé partout ailleurs !), Renouée du japon, smilax Sarsaparilla, Astragalus, Neem, Echinacée…Huile de pépin de pamplemousse, cranberry, coptis, Chaga..

  • Anthocleista : Cet arbre grand et droit à tige avec de grandes feuilles et des fleurs au sommet est originaire d’Afrique. Il porte des fruits qui est charnue. Anthocleista est utilisé pour diverses affections, y compris l’inflammation, la chlamydia, la syphilis, l’herpès, le VPH, la cystite, etc
  • Schisandria (évite que la bactérie se réplique) étude récente de 2015

Huile essentielle d’eucalyptus – connu pour être efficace contre presque tous les microbes. Idéal pour les applications externes à des blessures. Se gargariser avec cinq gouttes dans un verre d’eau ou de l’utilisation en tant que l’inhalation de vapeur pour les infections respiratoires.

Croton Latex – Cette sève de l’arbre d’Amazonie, Sangre de Drago, fonctionne comme par magie sur l’herpès, les ulcères tropicaux et les plaies infectées. Crée aussi un film sur les plaies qui aide à protège la peau.

Liste des maladies bactériennes et les remèdes correspondants:

Infections chirurgicales (entérocoques)

Les applications externes de usnea, l’échinacée, l’ail, HPP, eucalytpus

Empoisonnement du sang (entérocoque) doses internes grands de l’échinacée, l’ail, usnea.

La tuberculose (Mycobacterium tuberculosis) Ail, usnea, huile de pepin de pamplemousse, hydraste du Canada, le trèfle rouge, Shizandra, elecampane

Amygdalite : Propolis, usnea, plaies infectées, croton latex, la propolis, l’hydraste du Canada, l’ail, l’aloe vera

Paludisme : Absinthe, Annie doux, cryptolepsis

Pneumonie (pseudomonas aeruginosa) :Aloe, eucalyptus, genévrier, ail, huile pépin de pamplemousse, huiles essentielles de thym et d’origan.

Un grand merci aux donateurs ou
Merci de cliquer sur la pub pour nous soutenir gratuitement
et nous permettre de continuer…

Pneumonie (Staphylococcus aureus) : Usnea, l’ail, l’hydraste, eucalyptus, huile pépin de pamplemousse, absinthe, huiles essentielles de thym et d’origan

Bactériémie (pseudomonas aeruginosa) : De fortes doses de l’échinacée, l’ail,

Infections des voies urinaires :  Hydraste du Canada, canneberges

Diarrhée sévère (Shigella dysenteriae) : Hydraste, ail, Huile pépin de pamplemousse, la sauge

L’intoxication alimentaire (salmonelles) : L’ail, l’eucalyptus, l’absinthe, le genévrier, l’hydraste du Canada, de la sauge, du gingembre, HPP, l’acacia

L’intoxication alimentaire (e. coli) :Hydraste du Canada, l’ail, l’eucalyptus, le genévrier, le gingembre, la sauge, HPP

NB : Pour le chlamydia pneumoniae.

Chlamydia pneumoniae : Usnéa, andrographis, cat’s claw, berberine, goldenseal, ail, Réglisse, Artemisia annua (Interdit en France*…mais autorisé partout ailleurs !), Renouée du japon, smilax Sarsaparilla, Astragalus, Neem, Echinacée…Huile de pépin de pamplemousse, cranberry, coptis, Chaga..

  • Anthocleista
  • Schisandria (évite que la bactérie se réplique) étude récente de 2015

 

Conclusions

En résumé, notre  sur consommation d’antibiotiques dans la médecine et la production alimentaire a donné naissance à une génération de bactéries résistantes aux médicaments. Peut-être la cause ultime de c’est notre approche déséquilibrée de la santé et de la guérison. Comme Marc Lappe (PhD) dit: «Cette antipathie violente vers tous les coins du monde vivant aurait dû donner à réfléchir. Grâce à nos erreurs connexes dans le monde des animaux supérieurs, nous aurions gagné la sagesse de l’évolution de prédire le résultat « . Si au lieu de tenter d’anéantir les espèces de micro-organismes qui prolifèrent dans le corps humain quand il est affaibli, nous avions mis l’accent plutôt sur le renforcement et l’équilibrage du système grâce à l’utilisation d’une alimentation saine et de la médecine naturelle, nous ne serions pas dans la situation embarrassante dans laquelle nous nous trouvons maintenant. Heureusement pour nous, même si l’Occident a en général tourné le dos à la phytothérapie, les plantes médicinales ne nous ont pas encore tourné le dos, et reviendrons en force dans la médecine.

Dans les pathologies de maladie chronique souvent accompagné de candidose il est très utile de prendre les compléments ci dessous car elles sont anti fongique et anti bactérienne.

  • Huile de pépin de pamplemousse
  • Feuille d’olivier
  • L’échinacéa
  • Chlorella, Spiruline, chlorophylle pour alcaniser et nettoyer l’organisme.
  • Le Lapacho
  • L’origan
  • L’ail
  • Le Cranberry
  • La Berberine est intéressante appelé Goldenseal aux états unis.
  • Artemisia annua
  • Cat’s claw ou samento
  • Desmodium et chardon marie pour soutenir la detox
  • Cordiceps (champignons) pour renforcer les défenses immunitaires
  • Curcuma pour l’inflammation
  • Bromelaine, « ananas »

Il existe différents procoles, celui du dr Zhang avec de l’Allicine,  Artemisia….Le  protocole de Cowden Samento + Banderol + Cumanda…

Burhner et Byron White…

Même si certains traitement sont naturels ils ont un impact aussi fort pour certains organismes que les traitements chimiques. Des poses s’imposent pour laisser l’organisme reprendre des forces et détoxifier.

Et ne pas s’engager dans un protocole sans l’accompagnement d’un thérapeute médecin ou naturopathe car les plantes peuvent avoir des effets nocifs sur l’organisme comme tout principe actif et chimique.

 

Phytothérapie

Protocole lyme et co infections Protocole aromatic

Protocole-Borreliose-Lyme-Aromarc

 

Source :

The Antibiotic Alternative: The Natural Guide to Fighting Infection and Maintaining a Healthy Immune System by Cindy L. A.Jones

Herbal Antibiotics: Natural Alternatives for Treating Drug-Resistant Bacteria (Storey Medicinal Herb Guide)  Stephen Harrod Buhner

The Herbal Medicine-Maker’s Handbook: A Home Manual by James Green and Ajana

happy  herb company