Aspirine et chlamydia pneumoniae

aspirineL’aspirine inhibe l’activation induite par le Chlamydia pneumoniae du facteur nucléaire kappa B, de l’expression des cytokines et du développement bactérien dans les cellules endothéliales humaines.

 

OBJECTIF:

Chlamydia pneumoniae a été associée à l’athérosclérose. L’infection des cellules endothéliales vasculaires avec le chlamydia pneumoniae augmente l’expression des cytokines pro-athérogènes à médiation par le facteur nucléaire (NF) -kappaB, un facteur de transcription. La présente étude a été conçue pour tester l’effet de l’aspirine sur C pneumoniae induite par l’activation de NF-kB, l’expression de l’interleukine, et le développement des bactéries dans les cellules endothéliales humaines en culture.

MÉTHODES ET RÉSULTATS:

L’aspirine, l’acide salicylique, un métabolite, et 2 autres inhibiteurs de NF-kB non apparentés a montré un fort effet dépendant de la concentration inhibitrice sur la croissance chlamydia, indiqué par la diminution des inclusions bactériennes et le titre de descendance infectieuse. Implication du facteur de transcription NF-kB a été confirmé par un essai de décalage de mobilité électrophorétique et par des expériences de transfection avec ODN leurres appropriés. L’atténuation de l’activation induite par Chlamydia pneumoniae  de NF-kB par l’aspirine réduit également la sécrétion de l’interleukine-6 et l’interleukine-8, ce qui indique une inhibition efficace de l’expression du gène NF-kB.

La réduction de la croissance de Chlamydia n’a pas été provoquée par l’apoptose de la cellule hôte, tel que déterminé par le contrôle de la condensation de la chromatine caractéristique.

CONCLUSIONS:

Ces données montrent que l’activation du gène NF-kappa B médiée représente une étape cruciale dans le cycle de développement de C pneumoniae. L’aspirine exerce un effet anti-chlamydia qui est due à l’inhibition de la C pneumoniae induit l’activation de NF-kB, ce qui pourrait expliquer en partie de l’activité cardioprotectrice de l’aspirine.

L’infection à Chlamydia pneumoniae a été impliquée en tant que facteur de risque potentiel pour l’athérosclérose. Cette étude a été conçue pour étudier les mécanismes de l’activité anti-Chlamydia de l’aspirine. Un dosage de gène rapporteur pour l’activité de NF-kappa B, l’analyse par immunoempreinte pour la cyclo-oxygénase (COX) -2 et dosage radio-immunologique pour la prostaglandine E (2) (PGE (2)) ont été effectuées. Suite à l’infection de cellules Hep-2 avec C. pneumoniae, NF-kappa B a été activé, la COX-2 a été induite et PGE (2) est élevée. L’aspirine inhibe l’activation de NF-kappa B à une concentration de 0,1 mM, partiellement inhibé l’induction de la COX-2 et de PGE bloqué et (2) la synthèse complètement. En outre, de fortes doses d’aspirine (1 et 2 mM) ont inhibé la croissance de chlamydia dans des cellules Hep-2, ce qui diminue le nombre et la taille des corps d’inclusion; cet effet pourrait être surmonté par l’addition de tryptophane à la culture. Indomethacin également bloqué la synthèse de PGE (2), mais n’a eu aucun effet sur la COX-2 expression ou la croissance chlamydia. Ces résultats indiquent que l’aspirine non seulement a une activité anti-inflammatoire par la prévention de l’activation de NF-kappa B, mais possède également une activité anti-chlamydia à des doses élevées, éventuellement par l’épuisement du tryptophane dans les cellules Hep-2.

Sources : PMID12117719 [PubMed – répertorié pour MEDLINE] texte intégral gratuit

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12117719

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/1272131


Laisser un commentaire