L ‘hyperhomocysteinémie et ses conséquences…

L’Athérosclérose, avec ses différentes manifestations cliniques, est la principale cause de morbidité et de mortalité dans les pays développés. L’infection à Chlamydia pneumoniae et l’inflammation chronique qui a suivi ont été revendiqués et à contribuer au processus d’athérosclérose. Parallèlement, les données épidémiologiques suggèrent que l’hyperhomocystéinémie est associée à un risque accru d’athérosclérose. L’infection à C. pneumoniae et l’hyperhomocystéinémie ont été supposées augmenter le risque d’athérosclérose, indépendamment les uns des autres et indépendamment des facteurs de risque classiques.

In vitro, la croissance de C. pneumoniae est améliorée dans des milieux sans sérum, et en particulier par l’épuisement de la lysine ou la methionine. Dans le métabolisme humain, l’homocystéine est produite par déméthylation de la methionine, et des défauts dans la voie de recyclage (dans lequel l’homocystéine) sont une cause de l’hyperhomocystéinémie. Cette constellation nous a incité à examiner si les concentrations de C. pneumoniae et la séropositivité plasma homocystéine sont liés chez les patients atteints d’athérosclérose établie.

L’approbation de ce projet a été obtenu auprès du comité d’éthique de l’hôpital universitaire de Zurich. Tous les patients ont donné leur consentement à participer informés. Les sujets de l’étude consultés notre paroisse pour les visites de suivi et ont été recrutés consécutivement. Les critères d’inclusion étaient que les sujets devaient être de sexe masculin et ont eu une athérosclérose établie définie comme suit: des antécédents d’infarctus du myocarde ou revascularisation coronaire, des antécédents d’AVC ou d’une chirurgie de l’artère carotide, ou l’histoire de l’angioplastie ou la chirurgie de pontage des artères périphériques.

Les critères d’exclusion étaient le diabète sucré, néoplasie maligne, actuel ou antécédents de troubles inflammatoires chroniques, l’insuffisance rénale avec créatinine sérique> 180 pmol / L, et toute maladie aiguë.

Les sérums ont été testés pour des anticorps contre C. pneumoniae par micro-immunofluorescence (LMR) indépendamment de tous les autres travaux de laboratoire. Les analyses ont été effectuées à des dilutions de 1:64 (en volume) et plus élevée pour les IgG et à 01:32 (en volume) et supérieur à IgA. Le jeûne homocystéine sérique et la vitamine B6 ont été déterminées par HPLC (Bio-Rad).

L’évaluation statistique a été réalisée sur un IBM PC en utilisant Excel et Statistica  que le logiciel. Une analyse de régression multiple de l’homocystéine sérique a été effectué, y compris le statut sérologique de C. pneumoniae et d’autres variables pouvant influencer homocystéine sérique. Les valeurs de la protéine C-réactive, l’interleukine 6, et facteur de nécrose tumorale α ont été transformés en logarithmes naturels pour se rapprocher d’une répartition gaussienne. Variables ayant une influence incertaine sur l’homocystéine sérique (P> 0,1) ont été exclus de l’analyse de régression pas à pas. La comparaison des autres variables a été effectuée en utilisant le test t ou le test de χ2.

Sur les 100 patients recrutés consécutivement, 51 ont été testés positifs pour les anticorps reconnaissant C. pneumoniae, et 46 ont été testés négatifs. Les patients séropositifs avaient tous des titres d’IgG d’au moins 1: 128. Ni IgG ni IgA positivité était détectable pour les patients séronégatifs. Trois patients ont été exclus de l’analyse statistique en raison du statut sérologique indéterminé. Aucune différence significative n’a été observée entre les deux groupes en ce qui concerne l’âge, indice de masse corporelle, l’hypertension, le tabagisme, le cholestérol (LDL et HDL), ou triacylglycérols.

Comme on le voit dans le tableau 1⇓, les concentrations sériques élevées d’homocystéine ont été mesurés dans le groupe C. pneumoniae seropositive (22,3 ± 11,0 pmol / L) que dans le groupe séronégatif (17,7 ± 4,8 pmol / L). Une telle différence dans les concentrations d’homocystéine entre les sujets séropositifs et sujets séronégatifs n’a pu être trouvée indépendamment des manifestations cliniques de l’athérosclérose, à savoir, pour les patients souffrant d’une maladie cardiaque coronarienne, une maladie occlusive vasculaire cérébral, ou d’une maladie occlusive artérielle périphérique.

Comme le montre le tableau 1⇓, il y avait des concentrations d’homocystéine nettement plus élevés pour les sujets séropositifs dans les sous-groupes d’âge, la fonction rénale, le tabagisme, et les mutations du gène MTHFR. Ces variables influencent l’homocystéine sérique, ainsi que la vitamine B6, la vitamine B12 et l’acide folique, sont par ailleurs homogène (non significativement différent) répartis entre le C. pneumoniae et les groupes séropositifs -seronegative. Les médicaments pouvant influencer l’homocystéine sérique étaient soit bien équilibrée entre les deux groupes ou non prescrits (antagonistes de l’acide folique, la cyclosporine, anticonvulsivants) effets de confusion possibles de ces variables et les marqueurs inflammatoires ont été examinées par analyse de régression multiple. Cependant, la différence dans l’homocystéine sérique observée entre les groupes de C. pneumoniae et séropositifs -seronegative est restée significative (P <0,005). L’analyse de régression a également révélé des effets considérables sur l’homocystéine sérique par âge (P = 0,012), la concentration de la créatinine (P <0,005), le tabagisme (P = 0,023), les mutations du gène MTHFR (P = 0,082), et facteur de nécrose tumorale-α (P = 0,038). La vitamine B6, la vitamine B12, l’acide folique, la protéine C-réactive, et de l’interleukine 6 sont faiblement associées à l’homocystéine sérique (P> 0,1) et, par conséquent, ont été exclus de l’analyse.

Nos résultats indiquent que la sérologie positif de C. pneumoniae est liée à l’hyperhomocystéinémie chez les patients masculins souffrant d’athérosclérose établie. Cette corrélation est statistiquement significative, peu importe si les IgG (comme indiqué ci-dessus) ou IgA ont été utilisé comme marqueur pour la séropositivité.

Comprendre la relation entre les deux variables nécessite d’autres investigations, qui sont susceptibles d’être facilitée par le séquençage récent du génome de C. pneumoniae. Hyperhomocystéinémie est un facteur prédictif de la morbidité et de la mortalité chez les patients souffrant d’athérosclérose. Si l’association de l’hyperhomocystéinémie et la séropositivité de  C. pneumoniae peut être confirmée par d’autres études, la séropositivité de C. pneumoniae peut être associée à une altération du pronostic chez ces patients.

Physiologie, pathologique, génétique et les facteurs nutritionnels peuvent augmenter l’homocystéine sérique. Certaines de ces variables ont été utilisés comme critères d’exclusion (diabète sucré, néoplasie maligne, les troubles inflammatoires chroniques, l’insuffisance rénale sévère). D’autres variables (âge, la fonction rénale, le tabagisme, les mutations du gène MTHFR, vitamines, médicaments concomitants) ont été jugés non responsables de la différence de l’homocystéine entre C. pneumoniae séropositifs et patients -seronegative. Cela a été conclu par analyse de régression multiple et l’observation que les variables éventuellement confusionnelles ont été répartis de manière homogène entre les C. pneumoniae séropositifs et des groupes -seronegative. La validité de l’étude est étayée par la constatation que les concentrations d’homocystéine nettement plus élevés pour les sujets séropositifs ont été mesurés, non seulement dans l’ensemble de la population étudiée, mais aussi et de façon autonome dans divers sous-groupes étudiés. Les concentrations sériques généralement élevés d’homocystéine trouvés dans cette étude peuvent être expliqués par notre sélection des patients plus âgés (69,9 ± 10,1 ans), avec une forte prévalence du tabagisme (> 80%) et souffrant d’athérosclérose avancée.

 

http://www.clinchem.org/content/47/7/1304.full

http://jcm.asm.org/content/28/6/1098.full.pdf


Laisser un commentaire