Chlamydias et calcium

L’activation du récepteur du facteur de croissance épidermique est nécessaire pour le développement de Chlamydia trachomatis

Contexte

Chlamydia trachomatis (C. trachomatis) est un pathogène humain cliniquement significatif et l’un des principaux agents responsables des maladies sexuellement transmissibles. En tant que bactéries intracellulaires obligatoires, C. trachomatis a développé des stratégies pour rediriger la signalisation et les ressources de l’hôte pour sa propre survie et sa propagation. Malgré la notoriété clinique des infections à Chlamydia, les interactions moléculaires entre C. trachomatis et ses protéines cellulaires restent insaisissables.

Résultats

Dans cette étude, nous nous sommes concentrés sur la participation du récepteur du facteur de croissance épidermique des cellules hôtes (EGFR) dans l’attachement et le développement de C. trachomatis. Une combinaison d’approches moléculaires, d’agents pharmacologiques et de lignées cellulaires a été utilisée pour démontrer des exigences fonctionnelles distinctes d’EGFR dans une infection à C. trachomatis. Nous montrons que C. trachomatis augmente la phosphorylation de l’EGFR et de ses effecteurs en aval PLCγ1, Akt et STAT5. Alors que l’EGFR et le récepteur-β du facteur de croissance dérivé des plaquettes (PDGFR β) sont partiellement impliqués dans l’attachement bactérien à la surface de la cellule hôte, ce n’est que le knockdown de l’EGFR et non du PDGFRβ qui affecte la formation des inclusions de C. trachomatis dans les cellules hôtes . L’inhibition de l’EGFR aboutit à de petites inclusions immatures et empêche la mobilisation de calcium intracellulaire induite par C. trachomatis et l’assemblage de l’anneau caractéristique de F-actine à la périphérie d’inclusion. En utilisant des approches complémentaires, nous démontrons que la régulation coordonnée de la mobilisation du calcium et de l’assemblage de la F-actine par l’EGFR est nécessaire pour la maturation de l’inclusion chlamydique dans les cellules hôtes. Une découverte particulièrement importante de cette étude est la co-localisation de l’EGFR avec la F-actine à la périphérie de l’inclusion de C. trachomatis où elle peut fonctionner pour nucléer l’assemblage des complexes de protéines de signalisation pour le remodelage cytosquelettique requis pour le développement de C. trachomatis.

Conclusion

De manière cumulative, les données rapportées ici relient la fonction d’EGFR à C. trachomatis attachement et développement dans les cellules hôtes, ce qui pourrait conduire à de nouveaux sites pour cibler les infections à C. trachomatis et les maladies associées.

 

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/2559152

Inhibition de la croissance de Chlamydia trachomatis par l’antagoniste du calcium, verapamil.

Un grand merci aux donateurs ou
Merci de cliquer sur la pub pour nous soutenir gratuitement
et nous permettre de continuer…

Les cellules BGM (African Green Monkey kidney) avec l’antagoniste du calcium Verapamil ont entraîné un rendement réduit des particules infectieuses par chlamydia. L’effet inhibiteur était dépendant de la concentration, l’effet maximal étant atteint à 200 micro-Verapamil, ce qui a produit une réduction de 99,99% du rendement des particules infectieuses. La microscopie électronique a montré que le contrôle des cellules BGM infectées par Chlamydia trachomatis contenait des inclusions typiques importantes dans lesquelles la plupart des particules étaient des corps élémentaires, alors que les cellules infectées traitées au Verapamil présentaient de petites inclusions constituées principalement de corps réticulés. Les résultats indiquent une possible utilisation thérapeutique de cet antagoniste du calcium comme anti-chlamydia.

 

http://www.microbiologyresearch.org/docserver/fulltext/micro/135/6/mic-135-6-1619.pdf?expires=1504625850&id=id&accname=guest&checksum=D223F1D2B14FCF3440361FF81BA22AA7

 

Les corps élémentaires de Chlamydia trachomatis (EBs) pénètrent dans les cellules épithéliales à l’intérieur des endosomes membranaires qui s’agrègent les uns avec les autres dans un processus régulé par le calcium, mais évitent la fusion avec les lysosomes. L’annexine III mais pas I migre vers les agrégats de Chlamydia et les inclusions. Dans cette étude, nous localisons les réserves intracellulaires de Ca2 + au cours de l’infection en analysant la distribution de trois protéines de stockage Ca2 + intracellulaires: calréticuline, récepteur inositol-1,4, 5-trisphosphate de type 1 (IP3-R) et sarcoplasmique / Réticulum endoplasmique Ca2 + ATPase type 2 (SERCA2) dans les cellules HeLa infectées par C. trachomatis sérovar L2. Dans les cellules non infectées, la coloration par immunofluorescence des protéines a montré un motif granulaire distribué fin pour les trois protéines. Après infection par C. trachomatis, la calréticuline a été trouvée à la périphérie des agrégats de chlamydia et des inclusions de 3 à 48 heures après l’infection. Dans les cellules infectées, SERCA2 était intimement associé aux inclusions de Chlamydia après 3 et 24 heures, mais pas après 48 heures. De plus, IP3-R a été transloqué et co-localisé avec des agrégats EB et des inclusions de chlamydia et avait une distribution très similaire à celle de SERCA 2. Après 24 heures d’incubation avec des chlamydiae, il y avait une accumulation locale de [Ca2 +] i (105 +/- 17 nM) à proximité des inclusions de chlamydia, comparé à 50 +/- 13 nM dans d’autres parties du cytoplasme de la cellule. En l’absence de Ca2 + extracellulaire, cette accumulation locale de Ca2 + a augmenté à 295 +/- 50 nM après addition de 50 μM d’ATP, et dans une mesure similaire après addition de 100 nM de thapsigargine (Tg). Ces données indiquent que lors de l’infection des cellules HeLa par les chlamydiae, les réserves de Ca2 + intracellulaires sont redistribuées, entraînant une accumulation locale de Ca2 + au voisinage des inclusions de Chlamydia. Ces changements peuvent déclencher l’association de certaines protéines telles que les annexines avec des vésicules contenant la chlamydia, et ainsi la régulation de l’interaction membrane-membrane au cours de l’agrégation des endosomes et de la formation d’inclusions.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/9841902

 

https://www.youtube.com/watch?v=60tGAbZsd5M


Laisser un commentaire